© MAISON SENSEY 2017 - 2019

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter Round
Please reload

POST RÉCENTS : 

NOUS SUIVRE : 

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

IA London, l’art de la mode

IA London est une marque anglaise crée par Ira Avezov.  Son dernier défilé à la Fashion Week de Londres nous a offert une collection qui côtoie l’avant-garde et l’innovation sophistiquée britannique.  

Ira Avezov commence son processus artistique en créant une série d’œuvres numériques dessinées à la main. Semblable à une peinture, chaque œuvre devient la surface du vêtement.  La dualité de la forme et de l’œuvre se confrontent pour composer une œuvre d’art portée. 

Cette jeune créatrice exprime une philosophie, une singularité reconnaissable et se fait l’interprète de notre temps. 

La mode s’invite dans le débat artistique, dans la création personnalisée en affirmant les symboles du vêtement. 

 

Ça débuté comment?

 

J'étais designer bien avant de connaître le mot "design". Mes premières collections étaient en papier et peintes à la main. Je réalisais la garde-robe des poupées de mes camarades d’école primaire en échange de leur tolérance à mon égard.

J’ai étudié les techniques de la peinture classique, de la création artistique et du textile. Après cela j’ai commencé en tant que designer, puis en tant que directeur de la création.

En 2017, IA London a été créée dans l’idée de la vision de "l'art de la mode", dans le but de relever un de mes défis de longue date consistant  à intégrer les aspects du design de la mode à l'art. 

La première collection de l'IA :"Shadows Have No Eyes" Spring Summer 2018 Men’s, était assez simple et ne comprenait que des t-shirts et des écharpes, en surimpressions de noir, présentés lors de la Fashion Week parisienne par le showroom Ozone, situé encore aujourd’hui dans le Marais. "Shadows" a été suivie de "My Beautiful Fukushima" Spring Summer 2018 inspirée par les femmes puis Macbeth a inspiré "Sleep No More" Fall Winter 18- 19 Men’s and Women’s.

 

Chaque nouvelle collection a été conçue pour faire des pas en avant dans la complexité et la manière dont l’impression et le vêtement sont intégrés. Depuis la Spring Summer 2018 Women’s, nous avons également développé un concept unique de vente en gros personnalisée, qui invite les détaillants à être des partenaires dans le processus de conception et à gérer leurs commandes, en choisissant n’importe quelle combinaison d’impression et de vêtement. Les collections de IA London sont déjà distribuées dans sept pays. La  possibilité de personnaliser la collection en fonction de leurs besoins locaux est un réel argument différenciant, très apprécié des acheteurs.

 

Quel est le message dans vos collections?

 

Je conçois pour des personnes qui ne veulent pas de se fondre dans la masse, quelle que soit leur raison. La différence et l'incapacité à s’intégrer sont souvent considérées comme des faiblesses, ce qui vous rend plus vulnérable. Mes vêtements sont conçus pour en faire une force. Les porter revient à dire: "Je suis différent(e) et j’assume".

 

Quelles sont vos inspirations pour les impressions?

 

J'essaie d'apprendre de la poésie japonaise pour laquelle le concept créatif change à chaque saison. Il y a dans cette art une quête du mot le plus pur, dénué de superflu. C’est un long voyage et je n’en suis qu’au début.

 

Quelles sont vos techniques d'impression?

 

Chaque vêtement de IA doit ressembler à une véritable peinture. J’utilise pour cela impression numérique avancée.

La technologie a contribué à atteindre ce résultat: reproduction avec précision des détails et de couleurs sur une centaine de textiles différents, y compris les soies de luxe, le coton, le lin, la laine et les mélanges. Nous imprimons et finissons toutes nos collections et accessoires localement, dans le respect de la tradition et de la fabrication britannique raffinée.

 

Est-ce le style ou l'impression le plus important dans vos créations?

 

La plupart des créateurs de mode pensent en motifs, en drapés, en formes. Les images restent généralement secondaires. Je pense d'abord aux images mais mon produit final est un vêtement. J'ai donc besoin de négocier entre l'image et le vêtement, de les empêcher de se battre pour la domination et de se renforcer mutuellement. Le succès de cette négociation est important.

 

Parlez-nous de votre récent défilé à la Fashion Week de Londres?

 

La SS19 était la première piste d’IA. La marque a été sélectionnée par On | Off London, réputée pour mettre en vedette le meilleur des talents émergents et établis, y compris Gareth Pugh, Peter Pilotto et J.W. Anderson pour en nommer quelques-uns. 

La collection est ancrée dans un récit simple et une observation de l'existence humaine. Au cours de l'histoire de la civilisation, les hommes ont été guidés, dans leur désir de régner,  par une idéologie qui dévalorise et sous-estime la nature. La lutte pour la richesse, le pouvoir et la longévité de la vie elle-même défie la beauté des moments fugaces que nous vivons, ignorant l'essence sublime du temps de la vie.

 

Il y a l'inspiration d'Alexander McQueen dans votre collection. Voulez-vous apporter à la mode ce qui fait cruellement défaut aujourd'hui, un regard créatif et lucide sur notre société?

 

La vision est notre sens dominant, responsable également de dériver le sens de ce qui est vu. Nous sommes exposés à tellement d'images de nos jours que nous ne nous regardons plus. J'essaie de concevoir des images pour que nous puissions les porter, alors nous pourrons peut-être commencer à nous regarder les uns les autres.

 

Collection IA London et le défilé SS19 à l'Espace 109 

 

 

IA London, the art of fashion

 

IA London is an English brand created by Ira Avezov. His last fashion show at London Fashion Week gave us a collection that combines avant-garde and sophisticated British innovation.

Ira Avezov begins his artistic process by creating a series of digital hand-drawn works. Like a painting, each work becomes the surface of the garment. The duality of the form and the work confront one another to compose a work of art.

This young designer expresses a philosophy, a recognizable singularity and interprets our time.

Fashion invites itself in the artistic debate, in the personalized creation by affirming the symbols of the garment.

 

How did it start?
 

I was a designer long before I knew the word “design”.

My first collections were paper dolls’ garderobes, hand-painted for my primary school class mates in return for their tolerance toward me. I’ve studied classical painting techniques, art and textile design and started working in the field, first as a designer and later as a creative director.

In 2017 IA London was established under the “art of fashion” vision, aiming to address the long standing challenge of integrating the design aspects of fashion with art. IA’s first collection “Shadows Have No Eyes” SS18 Men’s was fairly simple and included only T-shirts and scarves, black with prints, presented during Paris Fashion Week by Marais-based Ozone showroom, IA’s agent still today. “My Beautiful Fukushima” SS18 Women’s and Macbeth-inspired “Sleep No More” AW18/19 Men’s and Women’s followed “Shadows”.

Every new collection was designed to make a few steps forward in the complexity and the way that print and garment are integrated. Since SS18 Women’s we also developed a unique “personalised wholesale” concept, that invites retailers to be partners in the design process and curate their orders, by choosing any combination of print + garment. IA’s collections are already distributed in 7 countries, and having the opportunity to “hand- tailor” the order to their local needs seem to be an important advantage, appreciated by the buyers. 

 

What is the message in your collections?

 

I design for people who are not trying to blend in, for whatever reason. Otherness and inability to blend in are often considered a weakness, something that makes you more vulnerable. My garments are designed to turn it into strength, wearing them is like saying: “I’m different and it’s ok”.

 

What is your inspiration behind the prints?


I try to learn from the Japanese poetry how to design. Creative concept changes every season, but the question of it’s purification to as few undecorated “words” as possible, remains. But it is a long journey and I’m only in the begining. 

 

What are your techniques for printing?

 

Every IA’s garment must look as it was individually painted. An advanced digital printing technology helps to achieve this result: to reproduce even slightest nuances in detail and colour, on about a hundred different textiles, including luxury silks, cotton, linen, wool and blends. We print and finish all our collections and accessories locally, embracing the tradition of fine British manufacturing. 

 

What is the most important style or expression in your creations?
 

Most of the fashion designers think in patterns, drapes, shapes. Images are secondary. I think in images first. But then, my final product is a garment. So I need to negotiate between the image and the garment, to stop them fighting for dominance and to empower each other instead. Successful of this negotiation is important. 

 

Please tell us about your recent show at London Fashion Week?
 

SS19 was IA’s debut runway. The brand was selected by On|Off London, renowned for showcasing the best of emerging and established talent, including Gareth Pugh, Peter Pilotto and J.W. Anderson to name a few.

The collection is anchored by a simple narrative and observation of human existence. Throughout the history of civilisation humans have been driven by an ideology that overlooks and underestimates nature in their desire to rule. The struggle for wealth, power and the longevity of life itself defies the essence and beauty of the fleeting moments we experience and live, ignoring the sublime temporal essence of life itself. 

 

There is inspiration from Alexander McQueen in your collection. Do you want to bring to fashion what is crucially lacking today; a creative and lucid look at our society?
 

Vision is our dominant sense, responsible also for deriving meaning from what is seen. We are exposed to so many images these days that we only look at them. I am trying to design images for us to wear, so may be we will start looking at each other. 

 

IA London collection and the SS19 fashion show at Espace 109

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload