© MAISON SENSEY 2017 - 2019

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter Round
Please reload

POST RÉCENTS : 

NOUS SUIVRE : 

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

Rocchina Del Priore, la poésie de l'image


Les photos de Rocchina sont à la fois poétiques et remplies d’émotions. Une sorte de madeleine de Proust, qui nous renvoie à des clichés familiers.

Cette Italienne passionnée par la photographie depuis l’enfance nous offre une interview pleine d’élégance et d’humilité. Son travail est la fois mystérieux et subjectif, il n’impose rien, il ouvre à l’imaginaire. Elle transforme des photos de mode en moments de vie ;  une subtilité italienne, une signature. 

 

Ça a débuté comment ?

 

Je suis née dans un petit village dans le  sud de l'Italie. J’ai vécu à Bologne, une petite ville médiévale du Nord, belle et riche en culture, où j'ai étudié la philosophie. J'ai toujours eu la passion de la photographie. J’aime cette forme d'art depuis que je suis petite ; depuis que j'ai vu les photos de ma grand-mère qui les gardait secrètement. 

J’ai réellement commencé la photographie en 1997. J’ai trouvé mon premier appareil photo dans un petit marché aux puces, une vieille imitation russe de Nikon, pas chère et géniale pour un étudiant. A partir de 2008, je me suis dirigée petit à petit vers le numérique. En fait, j'utilise à la fois l’appareil photo classique et les appareils photo numériques, c'est une approche différente de la photographie. A mon avis, cela dépend du contexte et du résultat final que vous voulez obtenir.

 

Quelles émotions recherchez-vous pendant une séance photo?

 

Je ne peux pas bien expliquer ce qui m'amène à prendre des photos.

Parfois j'ai un très fort désir de faire ressortir une émotion,  des sentiments, ma vie, mes rêves, comme un rocher sculpté par la mer. Je crois vraiment en mes rêves. Souvent j'ai essayé de les photographier, j’ai essayé de les faire tenir dans une photo ;  ce ne sont que des images internes. J'aime toujours laisser aux gens qui regardent mes photos la lecture finale, parce que je crois en l'art comme une introspection, comme un cadeau. Comme Jim Jarmush l'a dit, « ce n'est pas important là où vous le prenez, mais où vous l’amenez". J'offre mes photos à des personnes qui savent faire de la place dans leur imagination.

 

Avec quelles marques de mode aimeriez-vous travailler?

 

Je voudrais travailler avec Nina Ricci, Rochas, Lanvin et Bottega Veneta. Les raisons pour lesquelles je choisis ces Maisons sont nombreuses. De l'histoire que ces marques portent en elles comme valeur intrinsèque, jusqu'à l'élégance, la recherche, le style final qu'elles ont toujours eu au fil des années. Je sens que ces Maisons ont comme une image finale quelque chose de très proche de ma façon de voir la mode, non seulement comment porter quelque chose, mais quelque chose qui en vaut la peine, l'idéal de l'élégance féminine et sophistiquée.

 

Quel regard portez-vous sur la mode?

 

Je pense que la mode est quelque chose de plus que de s'habiller, de porter quelque chose qui nous rend confortable et couvert. La mode peut être une forme d'expression de soi, jusqu'à arriver à être dans les cas les plus recherchés une véritable forme d’art. Depuis mon enfance les pages de Vogue ont été une source d’inspiration. Voir les robes de Haute Couture destinées à faire rêver c’est quelque chose d’incroyable car inaccessible. Parce que je comprenais aussi la valeur des mains et des esprits qui avaient travaillé pour faire de vraies sculptures de tissu. J'admire les œuvres de Capucci, Gianfranco Ferré, Christian Dior, Alexander McQueen. Ces designers peuvent être définis comme des artistes parce qu'ils ont fait de l'art avec des tissus. Ils sont plus que des couturiers, ils sont des « sculptures à porter ».

 

Quelles sont vos sources d'inspiration?

 

Je m'inspire de tout. D'une saveur, d'une image, d'une odeur, d'une voix, mais surtout de mon inconscient. Ma principale source d'inspiration, cependant, reste la musique, je crois, car elle est dirigée comme des images frappant le cœur et les sentiments. Sans musique, je ne peux pas faire de photographies.

 

Que cherchez-vous sur une photo?

 

Dans mes photos, je cherche un endroit pour être bien. En général, dans les images d'autres photographes, je cherche un langage commun, cependant des sentiments qui me font penser, bouger, réfléchir, être en colère, pleurer, poser des questions. Simplement des émotions.

 

Quelles techniques photo utilisez-vous?

 

Cela dépend du résultat que je veux obtenir. J'utilise un appareil photo numérique, parfois j'utilise aussi photoshop pour avoir un résultat plus rêveur, superposer des images et modifier les couleurs, utiliser des filtres pour rendre l'image plus onirique ou très nette avec le noir et blanc.

 

Quels sont vos projets?

 

Dernièrement, je travaille sur un projet sur le corps des femmes et la féminité, en particulier sur la douleur, mais de façon très métaphorique, je n'aime pas utiliser des images trop explicites dans ma photographie. J'aime qu'il y ait des éléments qui évoquent quelque chose de mystérieux, d'indéfini, mais en même temps, après les avoir vus, ils peuvent être retravaillés d'une manière simple et directe.

 

Comment décririez-vous vos photos?

 

Je pense que c'est une photographie très féminine, sensuelle, simple, parfois avec des images indéfinies, évocatrices, je n'aime pas trop les images directes, même dans le corps nu j'essaie de proposer du subjectif. J’aime une sensualité qui n’est pas criée, mystérieuse, intime. Je préfère le mystère, parce que la vie est mystérieuse, la plupart de ce que nous ressentons est difficile à expliquer avec des mots, il est plus facile de le dire avec des images et de la musique.

 

Que voulez-vous améliorer dans votre travail? Pourquoi?

 

Chaque fois que je déclenche et que je vois mes photos, je dis que je pourrais faire mieux, beaucoup mieux. Je ne pense pas que je finirai jamais d’apprendre à photographier, c'est comme vivre. Vous vivez, vous avez tort, vous vivez, vous apprenez, vous vous trompez à nouveau, vous pouvez mieux faire quelque chose et encore une fois vous pouvez encore vous tromper. Il n'y a pas de fin à ce processus, la beauté de chaque passion c’est juste cela. Le jour où j’aurai une forme d'expression précise peut-être que j’arrêterai de créer, mais c'est une grande peur pour moi.

 

Y a-t-il une signature, un style italien pour la photo?

 

Il y a eu et il y a encore de grands photographes de mode italiens, dont certains ont fait l'histoire de la photographie. J'ai commencé à aimer la photographie grâce à Ferdinando Scianna, avec ses photos de Marpessa en Sicile et de Gian Paolo Barbieri. J'admire Giovanni Gastel et Giampaolo Sgura, styles différents mais très reconnaissables. Ils ont un sens très précis de recherche et d'élégance, beau au sens italien du terme, nous sommes très friands de la beauté en Italie depuis des siècles, malgré les problèmes.

 

Comment définissez-vous l'élégance?

 

L'élégance pour moi a toujours été liée à l'intériorité plutôt qu'à l'habillement. Cela vient de la culture, du respect de soi et des autres, de la vie, du grand don qui vient de l'être dans le monde. Ceux qui sont élégants peuvent l’être dans n'importe quel contexte, avec différents types de personnes. J'aime aussi un type d'élégance plus excentrique, qui vient de personnalités plus éclectiques, qui est également une expression d'intelligence et de chaos intérieurs.

 

Quelle photo feriez-vous pour Maison Sensey?

 

Peut-être que quelque chose qui unit mon idée du style italien avec une touche française que j'ai toujours aimé, ou plus espiègle, plus chic que le français réussit toujours avec peu d'effort. Après tout, nous aimons la beauté et l'élégance et nous représentons le monde ! 

 

Découvrez les photos de Rocchina Del Priore à la Gallery 109 

 

 

 

Rocchina Del Priore, the poetry of the photo


The photos of Rocchina are both poetic and full of emotions. A kind of madeleine of Proust, which brings us to back to familiar clichés. This Italian  passionate about photography since her childhood, give us an interview full of elegance and humility. His work is both mysterious and subjective, he imposes nothing, he opens to the imagination. She transforms fashion photos into moments of life; an Italian subtlety, a signature.

 

How did it begin?

 

I was born in a small village in southern Italy.

I went to live in Bologna, a small medieval town in the north, beautiful and rich in culture, where I studied philosophy. I have always had a passion for photography. I like this art form since I was very young; since I saw the photos of my grandmother who kept them secretly.

I actually started photography in 1997. I found my first camera in a small flea market, an old Russian imitation of Nikon, cheap and great for a student. From 2008, I headed gradually towards digital. In fact, I use both the conventional camera and digital cameras, it's a different approach to photography. In my humble opinion, it depends on the context and the end result you want to achieve.

 

What emotions are you looking for during a photo shoot?

 

I can not explain well why I take pictures.

Sometimes I have a very strong desire to bring out an emotion, feelings, my life, my dreams, like a rock carved by the sea. I really believe in my dreams. Often I tried to photograph them, I tried to fit them in a photo; they are only internal images. I like to let people who look at my photos the final reading, because I believe in art as an introspection, as a gift. As Jim Jarmush once said, "it does not matter where you take it, but where you bring it." I offer my photos to people who can make room in their imagination.

 

Which fashion brands would you like to work with?

 

I would like to work with Nina Ricci, Rochas, Lanvin and Bottega Veneta. The reasons I choose these Houses are numerous. From the history that these brands carry in them as intrinsic value, to the elegance, the research, the final style that they have always had over the years. I feel that these Houses have as a final image something very close to my way of seeing fashion, not only how to wear something, but something that is worth it, the ideal of feminine and sophisticated elegance.

 

What is your view of fashion?

 

I think that fashion is something more than clothes, wearing something that makes us comfortable and covered. Fashion can be a form of self-expression, until, in the most popular cases, it becomes a true form of art. Since my childhood the pages of Vogue have been a source of inspiration. Seeing Haute Couture dresses to dream of is something incredible because inaccessible. Because I also understood the value of the hands and minds that had worked to make real fabric sculptures. I admire the works of Capucci, Gianfranco Ferre, Christian Dior, Alexander Mcqueen. These designers can be defined as artists because they have made art with fabrics. They are more than fashion designers, they are "sculptures to wear ».

 

What are your sources of inspiration?

 

I am inspired by everything. Of a flavor, an image, an odor, a voice, but especially of my unconscious. My main source of inspiration, however, remains music, I believe, because it is directed as images striking the heart and the feelings. Without music, I can not take photographs.

 

What are you looking for in a photo?

 

In my photos, I'm looking for a place to be good. In general, in the images of other photographers, I look for a common language, however feelings that make me think, move, think, be angry, cry, ask questions. Simple emotions.

 

What photo techniques do you use?

 

It depends on the result I want to get. I use a digital camera, sometimes I also use photoshop to have a more dreamy result, superimpose images and change colors, use filters to make the picture more dreamlike or very clear with black and white.

 

What are your projects?

 

Recently, I am working on a project on the body of women and femininity, especially on pain, but in a very metaphorical way, I do not like to use images that are too explicit in my photography. I like that there are elements that evoke something mysterious, indefinite, but at the same time, after seeing them, they can be reworked in a simple and direct way.

 

How would you describe your photos?

 

I think it's a very feminine, sensual, simple photograph, sometimes with indefinite images, evocative, I do not really like direct images, even in the naked body I try to propose the subjective. I like a sensuality that is not shouted, mysterious, intimate. I prefer the mystery, because life is mysterious, most of what we feel is difficult to explain with words, it is easier to say it with pictures and music.

 

What do you want to improve in your work? Why?

 

Every time I shoot and see my pictures, I say I could do better, much better. I do not think I'll ever learn to photograph, it's like living. You live, you are wrong, you live, you learn, you are wrong again, you can do something better and once again you can still go wrong. There is no end to this process, the beauty of every passion is just that. The day I have a specific form of expression may be that I stop creating, but it's a big fear for me.

 

Is there a signature, an Italian style for the photo?

 

There have been and still are some great Italian fashion photographers, some of whom have made the history of photography. I started to love photography thanks to Ferdinando Scianna, with his photos of Marpessa in Sicily and Gian Paolo Barbieri. I admire Giovanni Gastel and Giampaolo Sgura, different but very recognizable styles. They have a very precise sense of search and elegance, beautiful in the Italian sense of the term, we are deeply fond of the beauty in Italy for centuries, despite the problems.

 

How do you define elegance?

 

Elegance for me has always been related to interiority rather than clothing. It comes from the culture, the respect of oneself and others, of life, of the great gift that has just been in the world. Those who are elegant can be in any context, with different types of people. I also like a more eccentric type of elegance, which comes from more eclectic personalities, which is also an expression of inner intelligence and chaos.

 

What photo would you do for Maison Sensey?

 

Perhaps something that unites my idea of Italian style with a French touch that I have always liked, or more mischievous, more chic than French always succeeds with little effort. After all, we love beauty and elegance and we represent the world!

 

 

Discover the pictures of Rocchina Del Priore at the Gallery 109

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload