© MAISON SENSEY 2017 - 2019

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter Round
Please reload

POST RÉCENTS : 

NOUS SUIVRE : 

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

Daryn Moore, Maison de Souliers Élégante

 

Fondée à Paris par la créatrice Chloé Serfaty en 2014, la Maison de souliers Daryn Moore a fait ses débuts avec une collection capsule Automne-Hiver 2015.

Daryn Moore, personnage onirique issu des origines britanniques de la créatrice, représente la marque et les valeurs qu’elle incarne: sobriété, précision et élégance.

Inspirée des bas couture, une empreinte noire sur des semelles à la texture rose poudrée appose la signature Daryn Moore sur chaque modèle.

Les lignes épurées, l’obsession du détail et le choix exigeant des matériaux placent l’artisanat au cœur de la création chez Daryn Moore, qui a choisi de baser sa fabrication au cœur de l’Italie, près de Florence. Ses modèles à la fois confortables et sophistiqués ont déjà fait l’objet de plusieurs collections exclusives.

 

En chaussure ou ailleurs, quels noms vous inspirent ?

 

C.S.:Pierre Hardy pour sa vision de la chaussure, sa technique et son esthétique. Il est un modèle pour moi, tant dans son approche exigeante que dans sa personnalité discrète et la modestie avec laquelle il gère un succès mérité.

Gianvito Rossi est aussi une source d’inspiration : la féminité de ses créations et son attention aux détails font référence.

J’admire également le travail de Tabitha Simmons : son « English touch », la qualité des matières choisies et le raffinement de ses modèles me touchent particulièrement.

En dehors de l’univers de la chaussure, j’aime puiser mes inspirations dans l’art et la sculpture. J’ai une affection toute particulière pour les artistes du début du XXe siècle : Pierre Soulages, Giacometti, Shaïm Soutine.

Mes influences sont aussi littéraires : ma première collection était directement inspirée de l’une de mes œuvres fétiches, Les Fleurs du Mal de Baudelaire.

Enfin, l’univers de la lingerie m’intéresse beaucoup, notamment dans le jeu de couleurs et de formes qu’il crée sur le corps de la femme. J’aime utiliser le principe de suggestion au cœur de la lingerie, et dévoiler sans rien montrer sur certains de mes modèles.

 

Pourquoi ce nom de Daryn Moore ?

 

C.S.:Je souhaitais avant tout opérer un retournement de perspective dans la vision habituelle de l’univers de la chaussure. Ce sont souvent des designers masculins qui chaussent les femmes, et qui baptisent leurs modèles de prénoms féminins. Dans le cas de Daryn Moore, c’est une créatrice qui nomme sa marque et ses modèles au masculin.

J’avais également envie que ce projet soit auto-référent, centré sur ses produits et non sur sa créatrice, d’où l’idée de créer le pseudonyme de Daryn Moore.

Le nom de Moore renferme un héritage, car il est porté par une branche anglaise de ma famille paternelle.

Mais c’est aussi un onirisme. Le prénom Daryn est mixte : j’ai donc imaginé ce personnage androgyne, ce chausseur idéal qui ferait rêver les femmes. « Daryn » signifie « cadeau » étymologiquement, et j’aimerais que mes chaussures soient ce présent idéal.

 

Comment définir Daryn Moore en 3 mots ?

 

C.S: Sobriété, précision et élégance.

 

Quels détails font la différence Daryn Moore ?

 

C.S.: La semelle est le détail signature de Daryn Moore, avec sa ligne noire gravée au laser sur fond chair, en référence aux bas couture qui ourlent les jambes des femmes. Cette allusion à la lingerie se retrouve dans les ouvertures en résille noire qui ponctuent certains modèles, et dans l’assemblage des volumes qui suggère qu’une chaussure peut en cacher une autre. Le revêtement laisse planer le mystère.

Les matières choisies font aussi la différence : les jeux de textures mates et veloutées interpellent, elles demandent à être toucheés comme un vêtement.

 

Enfin les lignes épurées des modèles, l’obsession de symétrie et de parallélisme qui prévalent pour chaque création ainsi que l’absence de surpiqûres sont remarquables au premier coup d’œil.

La combinaison de ces détails crée des modèles qui se veulent à la fois sobres, raffinés et accessibles : une chaussure « design » plus que « prête-à-porter », un bel objet qui dure plutôt qu’un caprice saisonnier.

 

Questionnaire de Proust en 5 sens pour le soulier Daryn Moore, si il était :

 

C.S.: Une musique; 

L’album « Londinium » du groupe britannique Archive

Un parfum; 

L’odeur subtile et légère d’un matin d’hiver

Une peinture; 

Les Glaïeuls rouges  de Shaïm Soutine

Un vin; 

Un Puligny-Montrachet, pour sa complexité tout en équilibre

Une matière; 

Le suede pour sa douceur

 

Le talon : une obsession ou une contrainte pour vous ?

 

C.S.: C’est tout autant une obsession qu’un fantasme. J’ai peu d’occasions d’en porter aujourd’hui, mais j’ai passé des années en talons toute la journée, non sans douleurs. D’où l’obsession de confort pour mes modèles, que je souhaite à la fois désirables et faciles à porter. Je réalise toujours un modèle de fabrication en pointure 39 pour juger par moi-même chacun d’eux. La cambrure ne dépassera jamais les 10,5 centimètres, avec un plateau d’1,5cm à l’avant de la chaussure pour pouvoir passer une journée entière en hauteur sans problème.

J’ai pris le parti de la radicalité pour les deux premières saisons en proposant une alternative entre le plat et le haut talon. Dès la troisième collection, j’ai souhaité développer des hauteurs intermédiaires, avec de plus gros talons, pour des modèles plus casual mais toujours aussi raffinés. De nouvelles structures sont à venir pour le Printemps-Eté 17, dans l’idée de diversifier toujours plus les collections, et de permettre à la femme Daryn Moore de se chausser selon son humeur.

 

Vos projets pour Daryn Moore ? Dans 1 an ? Dans 3 ans ?

 

C.S.: Dans un an je voudrais achever ma cinquième collection, compter des points de vente en France et à l’international dont des corners de grands magasins, et être entourée d’une équipe restreinte mais efficace de collaborateurs.

Et dans 3 ans, ouvrir la première boutique Daryn Moore, idéalement à New York, monter un bureau en Toscane avec une équipe de développement… Avoir tout ce qu’il faut pour envisager les 3 années suivantes avec sérénité.

 

Découvrez la collection Daryn Moore à l'Espace 109

 

 

 

Daryn Moore, Elegant Home of Shoes 

 

 

Founded in Paris by designer Chloé Serfaty in 2014, the home of shoes Daryn Moore made her debut with a capsule collection Autumn-Winter 2015.

Daryn Moore, a dreamlike character from the British origins of the creator, represents the brand and the values ​​it embodies: sobriety, precision and elegance.

Inspired by the stocking seams, a black imprint on soles with powdery pink texture affix the signature Daryn Moore on each model.

The clean lines, the obsession with detail and the choice of materials place crafts at the heart of the creation of Daryn Moore, who chose to base his manufacture in the heart of Italy, near Florence. His models, which are both comfortable and sophisticated, have already been the subject of several exclusive collections.

 

In shoe or elsewhere, what names inspire you?

 

C.S.: Pierre Hardy for his vision of the shoe, his technique and his aesthetics. He is a model for me, both in his demanding approach and in his discrete personality and the modesty with which he manages a deserved success.

Gianvito Rossi is also a source of inspiration: the femininity of his creations and his attention to detail make reference.

I also admire the work of Tabitha Simmons: her "English touch", the quality of the chosen materials and the refinement of her models affect me particularly.

Outside the world of shoes, I like to draw my inspirations in art and sculpture. I have a special affection for the artists of the early 20th century: Pierre Soulages, Giacometti, Shaïm Soutine.

My influences are also literary: my first collection was directly inspired by one of my fetish works, Les Fleurs du Mal by Baudelaire.

Finally, the world of lingerie interests me a lot, especially in the game of colors and forms that it creates on the body of the woman. I like to use the principle of suggestion in the heart of the lingerie, and unveil without showing anything on some of my models.

 

Why this name of Daryn Moore?

 

C.S.: I wanted above all to operate a reversal of perspective in the usual vision of the universe of the shoe. They are often male designers who wear women, and who baptize their models of feminine first names. In the case of Daryn Moore, it is a designer who names her brand and her models in the masculine.

I also wanted this project to be self-referential, focused on its products and not on its creator, hence the idea of ​​creating the pseudonym of Daryn Moore.

The name of Moore contains an inheritance, for it is carried by an English branch of my paternal family.

But it is also a dream. The name Daryn is mixed: I imagined this androgynous character, this ideal shoe that would make women dream. "Daryn" means "gift" etymologically, and I would like my shoes to be that ideal present.

 

How to define Daryn Moore in 3 words?

 

C.S.: Sobriety, precision and elegance.

 

What details make the difference Daryn Moore?

 

C.S.: The sole is the signature detail of Daryn Moore, with its black line engraved with the laser on flesh background, in reference to the stocking seam that curl the legs of the women. This allusion to lingerie is found in the openings in black mesh that punctuate certain models, and in the assembly of volumes that suggests that one shoe can hide another. The coating leaves the mystery behind.

The chosen materials also make the difference: the sets of matt and velvety textures challenge, they demand to be touched like a garment.

Finally, the clean lines of the models, the obsession with symmetry and parallelism that prevail for each creation and the absence of stitching are remarkable at first glance.

The combination of these details creates models that are both sober, refined and accessible: a "designer" shoe more than "ready-to-wear", a beautiful object that lasts rather than a seasonal whim.

 

5-way Proust questionnaire for shoe Daryn Moore,  If it were:

 

C.S.: A music; 

The album "Londinium" of the British group Archive

A perfume; 

The subtle, mild odor of a winter morning

A painting; 

The Red Gladiolus of Shaim Soutine

A wine; 

A Puligny-Montrachet, for its complexity while in balance

Material; 

Suede for its softness

 

The heel: an obsession or a constraint for you?

 

C.S.: It is just as much an obsession as a fantasy. I have few opportunities to wear them today, but I have spent years in heels all day, not without pain. Hence the obsession of comfort for my models, which I wish both desirable and easy to wear. I always realize a manufacturing model in size 39 to judge for myself each of them. The camber will never exceed 10.5 centimeters, with a 1.5cm tray at the front of the shoe so you can spend a whole day at height without any problem.

I took the side of the radicality for the first two seasons by proposing an alternative between the flat and the high heel. From the third collection, I wanted to develop intermediate heights, with big heels, for more casual models but still refined. New structures are to come for Spring-Summer 17, with the idea of ​​increasingly diversifying the collections, and allowing the woman Daryn Moore to shoe in her mood.

 

Your projects for Daryn Moore? In 1 year? In 3 years ?

 

C.S.: In a year I would like to complete my fifth collection, counting outlets in France and abroad, including corners of department stores, and being surrounded by a small but effective team of collaborators.

And in 3 years, open the first shop Daryn Moore, ideally in New York, set up an office in Tuscany with a development team ... Have everything it takes to consider the next 3 years with serenity.

 

Discover the collection of Daryn Moore at Espace 109

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload