© MAISON SENSEY 2017 - 2019

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter Round

Charlotte Bialas

 

Paris

INTERVIEW DE CHARLOTTE BIALAS 

Charlotte Bialas, l'héritage de la soie

Charlotte Bialas est une créatrice qui nous fait voyager dans le temps en travaillant la soie. Originaire de Suède, installée à Paris depuis plusieurs années son parcours a été rythmé dans l’univers de la mode avec toujours une grande passion pour l’artisanat. 

Elle déniche à travers le monde les plus belles soies de créateurs des années 60 à 90 pour réaliser des collections féminines et d’une élégance rare. Son concept est d’offrir des pièces uniques car c’est le tissu qui impose la collection. 

En 1985, elle a lancé sa première collection de prêt-à-porter traduisant son goût pour la qualité supérieure et l'artisanat. En 1992, tout en continuant de concevoir, Charlotte s'est impliquée dans une nouvelle passion ; les sculptures basées sur la relation entre le corps et le tissu, lui permettant d'explorer des formes tridimensionnelles. 

En continuant à expérimenter cette nouvelle expression artistique et grâce à sa passion pour les tissus rares, Charlotte a lancé son deuxième label en 2012 et a ouvert en 2016 sa boutique phare dans le légendaire Saint-Germain-des-Prés au 67, rue Madame. 

"Les clientes trouvent leur bonheur car il y a tellement de tissus différents. A chaque fois il y a toujours un tissu pour quelqu’un. Chaque tissu trouve son propriétaire".  

 

Comment trouvez-vous vos tissus ? 

 

C’est toujours des rencontres incroyables et des moments de découverte. 

J’ai rencontré un fabricant italien qui fait que des imprimés pour des cravates et des foulards et qui travaille que pour de grandes Maisons de couture. Ce fabricant a rencontré de grands problèmes est a donc vendu tout son stock. Et lorsque que j’arrive là-bas le gérant me dit « c’est dommage mais je viens de vendre 40000 mètres de tissus anciens  qui aurait pu vous convenir,  je l’ai vendu il y a une semaine. » 

Et par hasard, il y a 3 mois on me parle d’un endroit qui pourrait m’intéresser et c’est le monsieur qui a acheté les 40 000 mètres de tissus. En Suisse il y avait une usine qui travaillait pour Yves Saint Laurent ou encore...